Table des matières

- Introduction
----- Introduction

- Chapitre I - Les News
----- News

- Chapitre II - Les Ouvrages
----- Date parution

- Chapitre III - Périodiques
----- Revues françaises
----- Périodiques actuels
----- Périodiques antérieurs
----- Bulletins de Ligue
----- Périodiques actuels
----- Périodiques antérieurs
----- Journaux français
----- Périodiques actuels
----- Périodiques antérieurs

- Chapitre IV - Publications
----- Abbé Durand
----- Balédent
----- Barteling
----- Beudin
----- Bolzé
----- Crassier
----- Ezéchias
----- Grégoire
----- Laun
----- Vardon

- Chapitre V - Imagerie
----- Gravures et curiosités
----- Cartes postales récentes
----- Cartes postales anciennes
----- Animaux
----- Afrique et Afrique du Nord
----- Femmes et enfants
----- Messieurs
----- Militaires
----- Divers

- Chapitre VI - Histoire
----- Résumé

- Chapitre VII - Le Livre Ancien
----- Glossaire

- Chapitre VIII - Bourse aux échanges
----- Questions-réponses ?

- Chapitre IX - Liens -

----- sites français
----- La Fédération Française de Jeu de Dames
----- Le site de Véronique Sapin
----- Le site du Damier Lyonnais

----- sites étrangers
----- Le site d'Arie Van der Stoep
----- Forum FMJD

 

Glossaire


http://www.slam-livre.com/guide/reliure.html

A

 Adresse

Indication de lieu et date d’édition d’un livre, parfois d’éditeur. Elle est le plus souvent mentionnée sur la page de titre.

 Almanachs et Almanachs royaux

Source d’informations et de renseignements utiles pour la vie quotidienne (calendrier détaillé, météorologie, astrologie...). Le plus répandu des livres populaires. On distingue, parmi eux, les Almanachs Royaux qui contenaient tous les renseignements administratifs du royaume. Ils sont souvent dans de belles reliures.

 Armes, Armoiries

Voir «Reliure».

 Autographe

Littéralement : «écrit par le personnage lui-même». Cela peut aller d’une simple signature, d’une lettre (lettre autographe ou lettre signée), jusqu’au volumineux manuscrit d’un ouvrage. Chaque autographe est une pièce unique, un témoignage irremplaçable d’une personnalité. Les thèmes sont multiples : un auteur, un personnage historique, une époque, une région, les sujets qui vous intéressent. Les autographes suscitent une curiosité de plus en plus vive. Les libraires spécialisés, adhérents au Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne, vous éviteront les pièges subtils du faux, des copies, et vous conseilleront avec efficacité et passion. Leurs catalogues sont une mine incomparable d’informations.

B

 

   Bandeau

Ornement décoratif en tête de la page.

 Bibliographie

Ouvrage qui recense les livres publiés sur un sujet ou un auteur donné, et leurs diverses éditions, qui permet de les connaître, d’approfondir une recherche, de vérifier. Il en existe des milliers, sur tous les sujets. C’est au travers de ces ouvrages de référence que vous apprendrez à connaître le nombre exact de gravures que comportait tel ouvrage lors de sa parution, à identifier les éditions originales et chacune des éditions suivantes, dont la valeur va, en général, en décroissant. (Par exemple, le Manuel du libraire et de l’amateur de livres de Jacques-Charles Brunet, le Trésor du bibliophile romantique et moderne de Léopold Carteret,...).
Missel à l'usage d'Evreux (1525).
Impression sur peau de Vélin.
Figures enluminées à l'époque

 Bibliophile et Bibliophilie

«Une personne qui aime, recherche et conserve avec soin et goût les livres rares, précieux» (Le Petit Robert).
La bibliophilie est toujours une passion créative, car l’amateur forme son goût petit à petit et constitue ainsi, en se faisant plaisir, un ensemble qui prendra sa signification au fil des acquisitions.

 Broché

Livre dont les cahiers, cousus, sont presque toujours recouverts d’une simple couverture de papier.

 Brochure

Imprimé comportant un nombre restreint de pages et toujours non relié.

C

 

  Cahier

Formé par le pliage d’une grande feuille, qui produit ainsi plusieurs feuillets. Voir «format».

 Carton

Feuillet réimprimé en cours de tirage et en remplaçant un autre, fautif ou censuré. On dit d’un exemplaire qu’il est cartonné ou non cartonné (ou aussi «avant les cartons»).

 Catalogue de libraire

Fruit d’une longue tradition de la librairie, il est aujourd’hui le mode de communication privilégié entre un libraire et ses clients. Il donne le maximum de précisions sur les ouvrages sélectionnés et offre ainsi les meilleures garanties pour les acheteurs. Attendu avec impatience par ses destinataires, lu fébrilement dès réception, il impose une réaction rapide à qui veut acquérir une pièce convoitée. Il peut comporter d’intéressants renseignements bibliographiques ou des informations nouvelles (Voir également les définitions des abréviations d’usage).

 Collation

Description physique du livre qui détaille sa pagination et ses planches. Elle permet ainsi de s’assurer qu’il est bien complet.

 Colophon

Du grec kolophôn, «fin, terminaison». Note imprimée ou manuscrite, à la fin d’un ouvrage, indiquant les éléments matériels de l’édition. Dans un livre ancien, et avant l’apparition de la page de titre, il rassemblait les indications sur l’édition : auteur, titre, imprimeur, date, etc. Pour les livres modernes, on dit «achevé d’imprimer».

 Coloriage

Opération qui s’effectue, après le tirage de l’imprimerie, sur chaque feuille avec des couleurs à l’eau. À ne pas confondre avec la gravure en couleur qui fait appel à un procédé d’impression.

 Contrefaçon

Édition pirate d’un livre, faite à l’insu de l’auteur et de l’éditeur. Voir «préfaçon».

 Cul-de-lampe

Figure gravée ou typographique centrée en fin de chapitre.

 Curiosa

L’un des thèmes du livre ancien, qui concerne les ouvrages légers, licencieux, ou érotiques. Les auteurs sont souvent anonymes ou cachés derrière des pseudonymes, les éditeurs et années d’édition sont souvent fictifs. Les écrivains et les artistes ont apporté de tout temps leur contribution à ce genre de production.

D

 

   Dédicace

Hommage d’un auteur à une personne : par un texte imprimé en début de volume (Molière, par exemple, faisait précéder ses comédies d’une dédicace au Roi) ou par une inscription manuscrite. Dans le premier cas, l’ouvrage est dédié à... ; dans le second cas, il est dédicacé à... Le dédicataire est la personne à qui un livre est dédié. Voir aussi «envoi»

E

 

  Eau-forte

Procédé de gravure en creux. Sur une plaque de cuivre enduite de vernis, un artiste dessine une composition à l’aide d’une pointe d’acier. La plaque est soumise à un bain d’acide («eau forte») qui creuse le cuivre là où le vernis a été entamé par la pointe. Le cuivre débarrassé de son vernis est encré. L’encre logée dans les parties entamées de la plaque se reporte sur le papier par forte pression (presse en taille-douce, distincte de la presse typographique). Voir aussi «taille-douce».

 Édition

Ensemble du tirage d’un ouvrage. Parfois, pour laisser croire au public à un grand succès, certains éditeurs ont apposé sur une partie de la première édition des mentions fictives d’édition (Deuxième édition, Troisième, etc.). Par exemple Notre Dame de Paris de Victor Hugo. Voir «édition originale».

 Édition originale

Première publication d’un ouvrage en librairie généralement faite sous le contrôle ou avec le consentement de l’auteur (à l’exception, bien sûr, des publications posthumes). Elle est particulièrement recherchée. Voir aussi «première édition».
Dans le cas d’une publication antérieure dans une revue, on parle d’édition «pré originale».

 Émission

Ensemble d’exemplaires d’une même édition caractérisés par le moment où ils sont mis en vente. Divers éléments matériels permettent de les distinguer : titre de relais, couverture, mention fictive d’édition, etc. Par exemple, Les Chants de Maldoror ont été publiés en 1869 (première émission), puis, s’étant alors mal vendus, remis en vente en 1874 (deuxième émission).

 Enluminure

Illustration ou décoration à la main de manuscrits ou plus rarement de certains imprimés précieux. On emploie aussi le terme de «miniature» ou plus généralement aujourd’hui de «peinture».

 Envoi

Dédicace autographe de l’auteur. Elle est un facteur d’intérêt et de valorisation de l’ouvrage. Voir aussi «ex-dono».

 Épreuves

Premières versions d’un texte imprimé soumises à l’auteur ou à l’éditeur pour corrections. Les exemplaires d’épreuves très corrigées, par Balzac ou Proust par exemple, peuvent être considérés comme des manuscrits.

 Estampe

Gravure imprimée par n’importe quel procédé (bois, cuivre, pierre, acier, linoléum...). Elle peut être unique (monotype) ou à tirage très restreint. Pour acheter des estampes, adressez-vous à un marchand membre du Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne.

Voir aussi «gravure», «lithographie», «eau-forte».

 État

Version d’une même édition ou d’une même planche (pour les estampes) qui peut différer des autres par des ajouts ou des suppressions parfois minimes.

 Ex-dono

Inscription manuscrite portée sur un livre pour l’offrir, mais qui, par opposition à «l’envoi», n’est pas forcément de la main de l’auteur.

 Exemplaire de tête

Voir «Grands papiers».

 Ex-libris

Signifiant littéralement «d’entre les livres», c’est un signe de propriété. Ce peut être une inscription manuscrite, un simple carré de papier, une étiquette imprimée ou gravée, portant des initiales, un symbole, des armes, un nom... Il est en général apposé au verso du plat d’un volume. De nombreux artistes ont gravé des ex-libris : Gavarni a dessiné celui des Goncourt figurant deux doigts d’une main allongés sur une feuille de papier où se trouvent les initiales E et J (unis comme les doigts de la main). L’ex-libris est, en soi, un thème de collection pour de nombreux amateurs.

F

 

   Fascicule ou livraison

Partie d’un ouvrage dont la publication est étalée dans le temps. À la fin de la parution, on peut relier l’ensemble en volumes. Cela s’est beaucoup fait au XIXe siècle.

 Faux titre

C’est l’abrégé du titre imprimé sur le feuillet précédant le titre. Il apparaît au XVIIe siècle.

 Filigrane

Le filigrane ou marque d’eau est l’empreinte laissée dans la feuille de papier lors de sa fabrication et visible par transparence. Il est la marque du fabricant.

 Format

Un livre est généralement rectangulaire dans le sens de la hauteur, il peut l’être aussi dans le sens de la largeur (format oblong ou à l’italienne).
Le format d’un livre s’exprime rarement en centimètres mais plutôt en fonction du pliage de la feuille fournie par le papetier à l’imprimeur.
La grande feuille non pliée sur laquelle on imprime 2 pages est dite «in-plano».
Une feuille pliée en deux (4 pages) donne un format «in-folio» (environ 50 cm), une feuille pliée en quatre (8 pages) est un «in-quarto» (in-4) (environ 30cm,
en huit (16 pages) est un «in-octavo» (in-8) (moins de 25 cm).
On trouve aussi des formats «in-douze» (in-12), «in-seize» (in-16), «in-vingt-quatre» (in-24), «in-trente-deux» (in 32).
À noter que la dimension des feuilles, donc celle des formats, a évolué au cours des temps, ou selon les lieux, en fonction de l’industrialisation de la fabrication du papier.

 Frontispice

Composition gravée ou imprimée placée, en général, en regard du titre.

G

 

   Gardes

Feuillets de papier, généralement blanc, parfois décoré, placés ou collés en tête et en fin d’un volume pour assurer la liaison entre la couverture (ou la reliure) et le corps de l’ouvrage. Dans des exemplaires luxueux, le relieur peut également utiliser des matériaux précieux (peau, étoffes, etc.) pour les gardes.

 Grands papiers

De tout temps, les éditeurs ont voulu distinguer des exemplaires de luxe : à l’origine, avec de plus grands formats, d’où l’appellation «grands papiers». Avec aussi des tirages restreints et numérotés, imprimés sur des matières nobles (peau de vélin et papier de Hollande pour les livres anciens, papier de Chine, du Japon et aussi papier de Hollande plus tard). Ces «grands papiers» sont aussi appelés «exemplaires de tête» ou «tirages de tête». Étant beaucoup plus rares et en nombre restreint, ils sont recherchés.

 Gravure originale

L’élément imprimant (cuivre, acier, zinc, pierre, bois) doit avoir été dessiné et gravé de la main même de l’artiste. Le nombre des épreuves est d’ordinaire indiqué. Lorsqu’elles sont intégrées à un livre, «la justification» du tirage se trouve à la fin de l’ouvrage. Ce tirage est, en général, exécuté par des artisans hautement qualifiés d’après le «bon à tirer», ou épreuve définitive, approuvé par l’artiste. Voir aussi «estampe» et «taille-douce».

H

 

   Hors-texte

Illustration imprimée, indépendamment du texte, et insérée par la suite, par le brocheur ou le relieur. Elle peut comporter une légende. Si elle es imprimée avec le texte, elle est dite «in texte».

I

 

   Incunable

«Incunabulum» = berceau. Un ouvrage datant des débuts de l’imprimerie, paru avant la fin de l’année 1500.

J

 

   Justification

Largeur de l’impression typographique.

 Justification de tirage

Elle apparaît au XVIIIe siècle. Placée au début ou à la fin d’un volume, c’est l’indication donnée par l’éditeur du tirage d’une édition, spécifiant les différents types d’exemplaires publiés et de papiers utilisés. 

L

  

   Libelle

Écrit court et polémique.

 Libraire

À l’origine, imprimeur, éditeur et libraire ne faisaient qu’un. Aujourd’hui, l’appellation ne concerne plus que celui qui vend des livres. Qu’est-ce qu’un «bon libraire» ?
Voir la rubrique «Syndicat national de la Librairie Ancienne et moderne».

 Librairie ancienne

Cette dénomination apparaît en 1804 pour la distinguer de la librairie «nouvelle«. Dans la librairie ancienne se vendaient les livres imprimés avant 1801 et les livres d’occasion, alors que la librairie nouvelle se consacrait aux nouveautés. On dénombrait alors à Paris plus de librairies anciennes que de librairies vendant du neuf. Aujourd’hui, c’est le contraire.

 Librairie ancienne et moderne

Elle se consacre aux livres et documents anciens, d’hier jusqu’à nos jours, et aux livres récents épuisés, par opposition à la «librairie» sans appellation particulière, dont le domaine est le livre neuf et disponible chez les éditeurs.

 Lithographie

Mise au point au début du XIXe siècle. L’élément imprimant est une pierre calcaire sur laquelle l’artiste dessine au crayon ou à l’encre grasse. La pierre et le papier passent ensuite sous la presse. Voir aussi «estampe».

 Livre ancien

Par convention, un livre imprimé avant 1800.

 Livre de peintre

Il unit auteurs et artistes peintres, et par ce terme on désigne généralement les livres illustrés de gravures originales par de grands artistes, tels que Delacroix, Manet, Toulouse-Lautrec, Bonnard, Ernst, Dali, Picasso, Derain... Ils sont le plus souvent à tirage restreint et sur papier de luxe. On a aujourd’hui tendance à designer par «livre d’artiste» un ouvrage entièrement conçu et réalisé par le peintre. Le débat reste cependant ouvert.

 Livre moderne

Par convention, un livre imprimé à partir de la fin du XIXe siècle.

 Livre objet

Création plastique dont le livre n’est qu’un des éléments. Il a fait son apparition dans les années 1950.

 Livre romantique

Par convention, un livre imprimé autour des années 1810/1820 et jusque vers 1860/1880.

 Livre truffé

Livre dans lequel on a incorporé des documents : portraits, dessins originaux, états intermédiaires de gravure, prières d’insérer, lettres, etc. Par exemple : une édition originale d’Hernani dans laquelle on a ajouté une lettre de Victor Hugo. 

M

 

   Manchette

Texte écrit ou imprimé en marge d’une page et résumant le contenu d’un chapitre ou d’un paragraphe.

 Mercator (1595)

Première utilisation du mot Atlas dans le titre d'un livre.

 Manuscrit

Texte écrit à la main. S’il est de la main même de l’auteur, il est dit «manuscrit autographe». Il peut être enluminé. Voir aussi «autographe» et «enluminure».

 Miniature

Voir «enluminure».

 Minuscule

Livre de très petit format, ne dépassant pas, en principe, 70 millimètres de hauteur.

 Miscellanées

«Recueil d’écrits divers, du latin miscellanea, choses mêlées» (Le Robert Historique). 

P

 

 Papier

La qualité du papier est un élément décisif de l’effet d’une typographie et d’une gravure, d’où son importance pour les amateurs. La matière première (souvent des chiffons) doit être mise en charpie et subir un pourrissage avant d’être réduite en pâte par les maillets du moulin.
Le papier de Chine provient de l’écorce de bambou. Il est très fin, légèrement gris. Certains estiment qu’il rend comme nul autre toutes les nuances de la gravure.
Le papier de Hollande était à l’origine un papier vergé, d’excellente qualité et fabriqué en Hollande. Au XXe siècle, il existe aussi un papier vélin de Hollande.
Le papier du Japon est fabriqué avec l’écorce du mûrier ou d’autres végétaux japonais. Il est très apprécié. Il existe en trois qualités (japon ancien, japon impérial et japon nacré) qui offrent des tonalités différentes.
Le papier de Madagascar est issu de végétaux cultivés dans cette île. Il ressemble au japon et il est moins coûteux.
Le papier vergé : son nom provient des traces (vergeures) laissées en filigrane lors de sa fabrication.
Le papier vélin inventé par Baskerville en 1750, très lisse et sans vergeure, permet un bien meilleur tirage des textes et des gravures.
Les «Arches», «Lafuma», «Rives», «Montval», «Auvergne», papiers de qualité, doivent leur nom aux moulins à papier qui les fabriquaient.

 Photographie

Elle intervient à plusieurs titres. La photographie originale a d’abord été collée, dans le livre, comme moyen d’illustration, dès avant 1850 (exemple Égypte, Nubie, Palestine et Syrie de Maxime Du Camp et Flaubert, en 1852).
La photographie a été ensuite traduite par différents procédés (notamment héliogravure et phototypie). Après avoir connu une grande faveur avec le Surréalisme, elle est devenue une partie importante de la bibliophilie contemporaine.

 Planche

Illustration hors-texte, quel que soit le procédé d’impression.

 Plaquette

Brochure de quelques pages. Voir aussi «brochure».

 Pochoir

Procédé manuel de mise en couleurs. Le coloriage se fait à travers une fenêtre en carton, zinc, cuivre ou aluminium, découpée selon les contours de la couleur choisie. Les couleurs sont passées au pinceau ou à l’aide d’une brosse, les unes après les autres ou par superposition.

 Préfaçons

Édition sauvage d’un texte, parue avant l’édition originale préparée par l’auteur. Elle était fabriquée généralement en Belgique au XIXe siècle à partir de textes ou feuilletons parus dans des périodiques (édition pré originale).

 Première édition

C’est la première édition dans l’ordre chronologique. Ce n’est pas nécessairement l’édition originale, si elle n’a pas été effectuée sous le contrôle de l’auteur. Voir «édition originale». Dans le cas d’une traduction, on dira «première édition française».

R

 

   Recueil factice

Il réunit sous une même reliure des brochures ou plaquettes éditées séparément, en général sur un même thème.

 Réglé (exemplaire réglé)

Encadrement du texte tracé à la main et à la plume, presque toujours à l’encre rouge, en vue de souligner la disposition harmonieuse de la typographie d’une page. C’est une marque de soin particulier porté à un exemplaire.

 Reliure

Voir l' article et le schéma.

 Remboîtage

Opération qui consiste à placer un livre dans une reliure qui n’est pas sa reliure d’origine.

 Rousseurs

Taches brunes ou sépia que l’on trouve sur le papier. Elles sont rares dans les volumes d’avant la fin du XVIIIe siècle, plus fréquentes dans les ouvrages romantiques. Dues à la fois à l’humidité et à la nature du papier, elles déprécient plus ou moins l’ouvrage qui en contient. Des spécialistes peuvent «laver» un livre.

 Rubriqué (exemplaire rubriqué)

Rehaut coloré à la plume ou au pinceau de certaines lettres dans les premiers livres imprimés (incunables et XVIe siècle). 

S

 

 Signature

Marque distinctive imprimée au bas de certains feuillets, destinée à faciliter le bon ordre de l’assemblage des cahiers. C’est généralement une ou plusieurs lettres suivies de chiffres.

 Suite

Série de gravures, en général d’un même artiste. Plus fréquemment, de nos jours, une série de gravures accompagnant un livre, tirée à un petit nombre d’épreuves, souvent en différents états et sur des papiers différents de celui du livre.

Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne  (SLAM)

Il a été créé en 1914 et sa vocation est de faire connaître au public le monde du livre ancien.
Il regroupe, en France, plus de 200 meilleurs libraires, marchands d’autographes et d’estampes, dont la compétence et la probité sont attestées par des conditions d’admission difficiles : pour appartenir au Syndicat, ils doivent, en effet, justifier de leur expérience professionnelle et être parrainés par deux confrères déjà membres.
Vous êtes donc assurés de pouvoir acquérir, chez ces libraires, des ouvrages ou documents en toute confiance.
Experts dans leurs domaines, érudits, curieux, ils assurent le maintien de la tradition bibliophilique, la survie de livres et d’auteurs oubliés qu’ils remettent en lumière, ils explorent des domaines peu connus et préparent ainsi la bibliophilie du futur.
Chercheurs insatiables, ces libraires sont le rouage essentiel de la connaissance et de la préservation du patrimoine culturel et aussi leur zélé serviteur.
Ils savent trouver les ouvrages qui vous intéressent, ils vous conseillent dans vos achats et vous indiquent les opportunités à saisir.
Leurs conseils vous seront également des plus précieux si vous souhaitez vendre des livres ou votre bibliothèque.
Demandez-leur aussi de vous faire le service de leurs catalogues, vous serez informés de leurs sélections d’ouvrages, des prix, et vous y apprendrez à approfondir la connaissance de votre domaine de prédilection.

       Le Syndicat organise chaque année, à Paris, la «Foire Internationale du Livre Ancien» (FILA) qui rassemble 80 à 100 libraires venus du monde entier : c’est la plus belle manifestation du genre, grâce à la grande tradition bibliophilique de la France.

       Enfin, le Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne est installé au 4, rue Gît-le-Cœur, à Paris (VIe), dans la maison où vécut le libraire Jacques-Charles Brunet, un des pères de la bibliographie moderne grâce au célèbre Manuel du libraire et de l’amateur de livres qu’il publia à partir de 1810.

       Le Syndicat fait aussi partie de la Ligue Internationale de la Librairie Ancienne (LILA) qui regroupe les syndicats nationaux de vingt-huit pays et 2 000 libraires de premier plan. La Ligue a pour objectifs de maintenir et d’améliorer les valeurs de référence de la profession, de promouvoir une éthique respectée dans le métier et de contribuer à faire apprécier plus largement le livre et son histoire. 

T

 

   Taille-douce

Terme qui regroupe toutes les techniques de gravure sur cuivre : eau-forte, pointe sèche, burin. Voir aussi «gravure».

 Tirage

En gravure, c’est le nombre déterminé d’épreuves obtenues à partir de la même matrice.

Pour le livre, le tirage est l’ensemble des exemplaires d’un ouvrage imprimés en une seule fois. C’est à partir de la seconde moitié du XIXesiècle que les bibliophiles ont suscité des tirages limités et numérotés, sur un ou plusieurs beaux papiers. Voir aussi «justification de tirage» et «suite».

 Tiré à part

Impression séparée, à tirage restreint, d’un texte paru dans une revue ou un recueil collectif. Il constitue souvent la véritable édition originale (dite «pré originale») d’un texte.

 Titre

On entend généralement par «titre» la page comportant les éléments matériels permettant d’identifier l’ouvrage : l’auteur, le titre du livre, l’illustrateur, l’éditeur, les date et lieu d’édition, etc. Il est souvent précédé d’un feuillet de faux titre qui donne, presque toujours, le titre seul, simplifié.

Titre de relais : pour écouler une partie d’invendus d’un ouvrage, on remplace le titre par un nouveau feuillet de titre, appelé alors «titre de relais» (voir «émission»).

 Titre courant

Rappel parfois abrégé du titre de l’ouvrage placé dans la marge supérieure de chaque page. 

V

 

   Vignette

À l’origine un ornement dans un texte imprimé, en forme de pampres qui lui donnent son nom. Elle devient une estampe de petite dimension, sur bois ou sur métal, agrémentant et décorant un texte, employée en bandeau, en cul-de-lampe ou en in texte. Voir aussi «estampe». 

Pour en savoir plus... cliquez ici